Menu
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Le Vigneron du Val de Loire
L'information viticole pour les professionnels

Cap sur l’AOC Vendôme


Rédigé le Mardi 15 Mars 2016

Les producteurs de Coteaux du Vendômois souhaitent faire évoluer le nom de leur appellation.


C’est un projet évoqué depuis quelques années et il est désormais lancé : l’ODG des Coteaux du Vendômois va soumettre à l’Inao sa demande de changement de nom de l’AOC, pour qu’elle devienne « Vendôme », tout simplement. Une requête qui coïncide avec une campagne de communication lancée par la municipalité de Vendôme, celle-ci ayant créé sa marque pour promouvoir l’industrie locale, la culture, le tourisme…et le vignoble. 
L’ODG Coteaux du Vendômois engage à cette occasion une  démarche de révision de son cahier des charges sur quelques points. Au niveau de l’encépagement tout d’abord, avec un renforcement du pineau d’Aunis, le cépage identitaire de l’appellation. L’ODG souhaiterait porter sa proportion à plus de 50% de l’encépagement. Celles du cabernet franc et du pinot noir (qui deviendraient cépages accessoires) resteraient à 40% maximum, celle du gamay à 20%. 
Au chapitre de la taille, les vignerons demandent la possibilité de porter à 13 (au lieu de 11), le nombre d’yeux maximum par pied dans les vignes de plus de 20 ans et celles dont la densité à la plantation est inférieure à 5 000 pieds à l’ha. « Cela nous laisserait plus de souplesse », explique Nicolas Parmentier, animateur de l’ODG et directeur de la coopérative de Villiers-sur-Loir. L’ODG va aussi demander à l’Inao d’imposer dans son cahier des charges une mention « sec » obligatoire pour les vins blancs dont la teneur en sucres est inférieure ou égale à 8g/l.
Autre projet abordé lors de l’assemblée générale de l’ODG le 24 février : la plantation, en lien avec la mairie, d’un vignoble sur le coteau des Maillettes à Vendôme, classé en AOC. « Ces vignes aux portes de la ville pourraient être notre vitrine et servir la communication de notre AOC, au bénéfice de tous les vignerons », a déclaré Jean Chaillou, président de l’ODG et de la coopérative.  Ce projet, lié à la biodiversité, serait subventionné. Il concernerait la cave et cinq vignerons, dont deux futurs installés. Le conservatoire du pineau d’Aunis va par ailleurs entrer dans une nouvelle étape, avec la plantation à partir de 2017 de neuf lignées sélectionnées après plusieurs années d’observations sous l’égide de l’IFV. Ces vignes  et leurs raisins seront étudiés avec notamment des micro-vinifications.
Ingrid Proust




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 17 Juin 2019 - 11:13 Ils se reconvertissent dans la viticulture