Menu
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Le Vigneron du Val de Loire
L'information viticole pour les professionnels

Des produits phytos alternatifs à l’épreuve du marché


Rédigé le Jeudi 29 Décembre 2016


Ils ont pour noms Prev-Am, Botector, Armicarb, Serenade, Esquive.... Dits “alternatifs” puisqu’issus de substances naturelles, ces fongicides ont été homologués il y a plusieurs années. Parmi eux, le Prev-Am semble avoir une certaine efficacité, d’après les retours de conseillers techniques de distributeurs de produits phytos. Ce produit, à base d'huile essentielle d'orange douce, a été lancé en 2012. Il est homologué contre le mildiou et l'oïdium.
"Sur le marché français, Prev-Am est utilisé à ce jour sur plus de 80 000 ha de vignes", assure Fabrice Lemarchand, co-gérant de Vivagro, le fabricant du produit. "En 2015 nos volumes de ventes ont bondi de plus de 30 % par rapport à la campagne précédente. PrevAm est efficace en curatif mais aussi en préventif".
Lui aussi apparu en 2012, Botector (De Sangosse) contient deux souches d'Aureobasidium pullulans, un champignon antagoniste à Botrytis. Lancé un an plus tard par De Sangosse également, Armicarb est à base de bicarbonate de potassium. Il est homologué contre la pourriture grise et l'oïdium. "Armicarb a un effet stoppant sur les premiers symptômes d’oïdium", constate un responsable technique vigne d’un groupement coopératif du Bordelais. "Botector et Armicarb n'ont pas un bon rapport efficacité-prix, mais ils ont leur place sur le marché des anti-botrytis car ils peuvent être appliqués à la veille des vendanges", estime Anne-Cécile Kaspryk de Vitivini. Un autre anti-botrytis de biocontrôle est également disponible : Serenade Max, homologué depuis 2011, formulé à partir d'une souche de Bacillus subtilis.
"Serenade est appliqué sur 2 000 à 4 000 ha de vignes selon l'année, principalement dans le mois avant la récolte et surtout par des vignerons conventionnels", précise Jean-Luc Dedieu, chef de marché vigne chez Bayer, qui commercialise ce produit.
L’Esquive WP (Bayer) est quant à lui un fongicide homologué depuis 2009 contre l'eutypiose, et depuis 2014 contre l'esca et le BDA. Il est à base d'une souche de Trichoderma atroviride. Ses ventes sont limitées, à l’image de ses résultats, selon plusieurs distributeurs. Ces fongicides de biocontrôle nécessitent un accompagnement technique pour bien les positionner et obtenir une efficacité satisfaisante. Ils forment un marché de niche, mais leurs ventes progressent peu à peu du fait des restrictions d’homologations de produits classiques et de la recherche par de plus en plus de vignerons de solutions respectueuses de l’environnement et de la santé.

Ingrid Proust 




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 23 Août 2019 - 16:07 Accueillir des vendangeurs-touristes

Mardi 25 Juin 2019 - 09:14 Le chenin en vedette internationale