Menu
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Le Vigneron du Val de Loire
L'information viticole pour les professionnels

Jacques Puisais s’est éteint à Chinon


Rédigé le Lundi 7 Décembre 2020


Jacques Puisais s’est éteint à Chinon
« J’ai passé ma vie professionnelle auprès des vignerons. Et aujourd’hui je leur dis merci d’aller vers l’authenticité, d’être de plus en plus fidèles au terroir ». Ces mots en forme d’adieu, Jacques Puisais les avait déclarés non sans émotion fin 2019, lors de la remise du Grand Prix Amorim aux Caves Painctes à Chinon. C’est à Chinon, où il vivait depuis plusieurs années, que l’œnologue s’est éteint ce 6 décembre, des suites du Covid-19. Agé de 93 ans, il avait été admis au centre hospitalier du Chinonais.
Né à Poitiers et fils d’un représentant en vins, Jacques Puisais était arrivé en Touraine en 1959. Spécialiste en chimie analytique et œnologue, il devient directeur du laboratoire d'analyses d'Indre-et-Loire. « Lorsque j’ai commencé, on analysait des vins malades. L’œnologie à l’époque, c’était éviter les accidents », racontait-il.  Jacques Puisais a siégé à l’Inao et a présidé l’Union internationale des oenologues.
Pour ce chantre du terroir, « un vin juste » devait « avoir la gueule de l'endroit et de l'année où il est né, et les tripes du bonhomme qui l'a fait ».  Il fustigeait le levurage aromatique et les copeaux. « Le vin vous parle, il vous raconte son sol, le climat de son année. Il vous dit s’il est bronzé et chaleureux ou s'il a un goût de flotte. Un vin de 1989 n’a pas la même histoire à vous raconter qu’un 1984 », expliquait-il il y a un an, l’œil vif et l’esprit toujours malicieux à 92 ans.
Passionné de vins, mais aussi de tous les autres bons produits du terroir, Jacques Puisais avait mis au point en 1964 une méthode d’analyse sensorielle, avant de fonder en 1976 l’Institut du Goût à Tours. Directeur du Laboratoire de Touraine jusqu’en 1992, il a écrit plusieurs ouvrages sur le goût, le vin et les accords mets-vins.
Ses obsèques ont été célébrées le 11 décembre à Chinon.
I.P.




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 12 Avril 2021 - 10:56 Les politiques au chevet des vignes