Menu
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Le Vigneron du Val de Loire
L'information viticole pour les professionnels

La grêle s'abat sur Vouvray


Rédigé le Vendredi 4 Juin 2021


Photo Eric Gaucher (Twitter)
Photo Eric Gaucher (Twitter)
Un violent orage de grêle accompagné de vent a frappé le vignoble de Vouvray le 3 juin au soir . 40 à 50 mm d’eau ont été relevés en quelques heures. « Une grande partie des vignes ont été touchées sur Rochecorbon, Vouvray, Chançay, Reugny. Les grêlons, de la taille d’une noix, ont haché des feuilles, cassé des rameaux. Certains ceps sont à poil", témoigne Benoît Gautier, vice-président de l’ODG Vouvray. "Environ 40% des domaines de l'appellation sont touchés, sur au moins 500 ha. Ces dégâts, particulièrement importants sur Reugny, et qui ont touché aussi Parçay-Meslay, pourraient globalement entraîner une perte de récolte de plus de 20%", indique Jean-Marc Gilet, vigneron dans l'AOC et président du réseau para-grêle Adelfa  37. Pour les deux producteurs, l'impact de ce nouvel accident climatique n'est toutefois pas comparable à l'orage de grêle qui avait dévasté une grande part des vignes de l'AOC Vouvray en juin 2013.
Mais les dégâts auraient certainement été moins importants si les générateurs para-grêle avaient été déclenchés ce jeudi 3 juin. Or, fait étonnant, il n'y a pas eu d'alerte. "Les prévisionnistes de Météo France et du bureau d'études Keraunos, lié au réseau national para-grêle Anelfa, avaient estimé à 27% au maximum le risque grêle pour l'Indre-et-Loire. Et notre seuil d'alerte est fixé à 30%... Le 19 mai déjà, aucune alerte n'avait été donnée avant une grêle qui a touché des vignes sur Vouvray, explique Jean-Marc Gilet. Les prévisionnistes s'appuient notamment sur des informations transmises par les pilotes d'avions de ligne. Suite au ralentissement du trafic aérien, les prévisions sont-elles moins bonnes ?"
"Nous avons demandé des explications à l’Anelfa », annonce  Benoît Gautier, qui est aussi le président de la FAV 37. "Nous travaillons actuellement avec l’Anelfa afin d’estimer nos coûts supplémentaires si nous décidons de baisser le seuil à 20%", ajoute Camille Caillau, directrice de la Fédération viticole d'Indre-et-Loire.

L'orage de grêle du 3 juin a également touché des vignes au-delà de Vouvray. "Il a fait des dégâts près d'Amboise, sur Nazelles-Négron et à Pocé-sur-Cisse, précise Jean-Marc Gilet. Mais les vignobles de Montlouis, Touraine-Noble Joué, Chinon, Bourgueil, Saint-Nicolas n'ont pas été concernés".
 




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 10 Mai 2022 - 13:38 Le lignage revenu de l’oubli

Vendredi 22 Avril 2022 - 09:24 Une nouvelle formation Tracteurs et machines