Menu
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Le Vigneron du Val de Loire
L'information viticole pour les professionnels

Les candidats et le vin : acte 2


Rédigé le Lundi 3 Avril 2017

L’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai prochains s’annonce d’ores et déjà comme l’une des plus indécises depuis de nombreuses années. Comme elle l’avait fait pour l’élection présidentielle de 2012, la Cnaoc a interviewé les principaux candidats (1) sur les principaux enjeux de la viticulture française. Une manière de rappeler aux candidats l’importance de la viticulture en France, de les amener à préciser leur politique et à s’engager. Tous les candidats qui ont été approchés ont accepté de répondre aux questions de la Cnaoc. 4 thèmes sont abordés : la lutte contre l’alcoolisme, la fiscalité sur les produits vitivinicoles, viticulture et environnement et la place du secteur viticole au sein de l’Union Européenne. Voici le deuxième volet.


Comptez-vous augmenter la fiscalité sur les produits vitivinicoles ?

François Fillon : Non. Mon seul projet est d’augmenter la TVA de 2% pour financer une baisse des charges sociales sur les entreprises et la baisse des cotisations salariales. Cette augmentation s’appliquera à tous les produits, y compris aux produits d’importation, tandis que les charges sociales ne touchent que les entreprises françaises qui produisent en France. Pour les entreprises qui exportent, la TVA est suspendue. Cette mesure doit redonner des couleurs aux entreprises nationales, aux filières qui exportent et donc à la filière vins et spiritueux. 

Benoît Hamon : Ma priorité est surtout de sensibiliser les plus jeunes à la modération par l'éducation, comme cela est par exemple développé depuis plusieurs années par l'Association "Vin et Société".

Marine Le Pen : La fiscalité sur le vin est beaucoup plus faible que celle pesant sur la bière ou les alcools forts. Pour autant, je n’augmenterai pas la fiscalité pesant sur les produits vitivinicoles car nous devons préserver nos vignerons qui connaissent déjà des difficultés. D’autant plus, que le secteur viticole représente des centaines de milliers d’emplois, pour la plupart non-délocalisables.

Les candidats et le vin : acte 2
Emmanuel Macron : Le secteur des vins et spiritueux en France est un secteur économique qui doit rester compétitif face à une concurrence de plus en plus exacerbée notamment sur nos principaux marchés exports. Le rôle de l’état est de permettre aux entreprises viticoles de rester performantes tout en prenant en compte les enjeux de santé publique. A cet égard, le rôle de l’état doit être de mener des politiques plus ciblées auprès des français qui ont des problèmes d’addiction et auprès des jeunes qui sont plus vulnérables dans une période où ils se construisent. Miser sur la prévention est un axe prioritaire de ma politique de santé. Les étudiants en santé auront dans leur cursus un service sanitaire de trois mois dans lequel ils seront formés pour faire de la prévention dans les écoles ou sur des lieux de travail. Nous devons mettre plus de moyens en amont pour mieux prévenir. 

Jean-Luc Mélenchon :   Non, nous n'augmenterons pas la fiscalité indirecte qui pèse déjà lourdement sur les bas revenus. En application de notre protectionnisme solidaire, les importations de vins et d'alcools pourront faire l'objet, comme toutes les autres marchandises, de sur-taxations si ces produits ne respectent pas les normes sociales et écologiques imposées à ceux qui produisent en France. Nous stopperons ainsi le dumping social et écologique organisé par les traités européens. Cela répondra par exemple à la crise qui frappe les vignerons du Languedoc avec l'explosion des volumes de vins importés par la grande distribution à des prix qui ne permettent pas de garantir les droits des travailleurs viticoles et la protection de l'écosystème. 

(1) Principe de sélection des candidats interviewés : Candidat ayant le soutien d’un groupe politique du parlement ou candidat crédité de plus de 10 % dans les sondages au 1er février 2017 




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 23 Août 2019 - 16:07 Accueillir des vendangeurs-touristes

Mardi 25 Juin 2019 - 09:14 Le chenin en vedette internationale