Menu
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Le Vigneron du Val de Loire
L'information viticole pour les professionnels

Moins d’exploitations en Val de Loire en 10 ans


Rédigé le Mardi 13 Décembre 2022


Selon les données issues du Recensement agricole 2020 dont les résultats ont été publiés récemment sur le site Agreste du ministère de l’Agriculture, les Pays de la Loire ont perdu 3 500 ha de vignes en production en 10 ans. La surface passe de 35 800 à 32 300. Dans le détail, c’est la Loire-Atlantique qui a le plus perdu : 10 250 ha en 2020 contre 14 200 en 2010. Le Maine-et-Loire a légèrement progressé : 20 545 contre 20 370. La Vendée a nettement grossi : 250 ha de plus en 10 ans pour atteindre 1 270. Enfin, la Sarthe est stable : 230 ha.
Parallèlement, le nombre d’exploitations avec une activité viticole a chuté, passant de près de 2 300 à 1 634 ; les entreprises spécialisées en viticulture sont passées de 1 646 à 1 212. Dans ces dernières, la moyenne des surfaces se situent entre 25 et 30 ha, et la population des ETP a progressé de 5 % pour atteindre 4 920.
Côté production, 97 % des exploitations revendiquent un signe de qualité ou d’origine : 91 % pour l’AOC, une grosse moitié pour l’IGP. Et 16 % des surfaces sont conduites en agriculture biologique, soit un label revendiqué par 26 % des exploitations spécialisées.
Entre 2010 et 2020, 37 % des exploitations spécialisées en viticulture en Indre-et-Loire ont disparu.
Elles étaient 925 en 2010, elles n’étaient plus que 582 il y a deux ans. Une forte baisse révélatrice du
de la concentration de la viticulture : en 10 ans, la surface départementale en vigne est restée
stable (9 850 ha en 2020), les exploitations qui ont subsisté se sont donc agrandies. Le nombre
d’emplois équivalents temps plein (ETP) n’a pas baissé. 30 % du vignoble départemental était en bio
en 2020. La production brute standard (PBS) est estimée à 180 150 €, soit plus qu’en grandes
cultures. 
En Loir-et-Cher, le nombre d’exploitations viticoles a reculé de 23 % entre 2010 et 2020, passant de
409 à 316. Tout comme en Indre-et-Loire, la viticulture s’est concentrée : la surface des vignes n’a
baissé que de 4,5 %, s’étendant sur 6 686 ha en 2020 et le nombre d’ETP est resté stable. 14 % du
vignoble était en bio en 2020. La PBS de la viticulture en Loir-et-Cher est estimé à 105 480 €.




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 23 Janvier 2023 - 11:35 Les maladies du bois moins présentes en 2022