Menu
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Le Vigneron du Val de Loire
L'information viticole pour les professionnels

Un cas de flavescence dorée détecté à Vouvray


Rédigé le Jeudi 17 Mars 2016

Un pied de chenin atteint de flavescence dorée a été découvert à Vouvray. Quatre ans après celui de Chinon.


Un pied de chenin atteint de flavescence dorée a été découvert sur la commune de Vouvray, dans le vignoble du château de Moncontour. Il aurait été mis à jour lors d’une prospection de la Fredon Centre (Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles) en septembre dernier, dans une jeune plantation de moins de 4 ans. 
La flavescence dorée entraîne généralement la mort des ceps atteints. Très contagieuse, cette maladie fait l’objet d’une lutte collective obligatoire régie par l’Etat, comprenant des traitements insecticides contre la cicadelle Schaphoïdeus titanus, vectrice de la flavescence dorée, et des prospections rigoureuses dans les vignes afin de voir si d’autres vignes sont atteintes. Les pieds malades doivent être ensuite arrachés. Un arrêté préfectoral va prochainement être pris par le préfet d’Indre-et-Loire pour organiser la lutte et en définir le périmètre. Celui-ci  pourrait concerner d’autres communes que Vouvray, comme Montlouis. Pour le moment, la Draaf Centre Val de Loire ne souhaite pas communiquer sur le sujet. Une réunion d’information est prévue le 30 mars au soir pour les vignerons à Vouvray. 
Des formations seront ensuite mises en place pour permettre aux vignerons de reconnaître les symptômes de la maladie, qui peuvent être confondus avec ceux induits par des carences de la vigne en potasse, magnésium, manganèse, fer. La flavescence dorée se signale par quatre symptômes simultanés sur le même cep : enroulement des feuilles vers la face inférieure, non-aoûtement des 
rameaux, desséchement partiel ou total de la grappe, et coloration des feuilles, rouge pour les cépages rouges, jaune pour les cépages blancs. 
Jusqu’ici, le Val de Loire est l’un des rares vignobles français épargné par la maladie. En 2012, un cep atteint avait été découvert à Panzoult, il s’agissait là aussi d’un jeune plant, comme le cas de Vouvray, ce qui suscite des interrogations quant à une éventuelle contamination en pépinière. Suite à cette détection de 2012, des prospections avaient été organisées et des traitements obligatoires avaient été ordonnés de façon ciblée. La flavescence dorée ne s’était pas propagée à d’autres ceps. La cicadelle vectrice, elle, est présente dans la région et a été observée en 2015 dans le Loir-et-Cher, vers Bourgueil et Chinon. 

Ingrid Proust




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 5 Novembre 2021 - 10:09 Faire les vendanges pour un nouveau départ