Menu
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Le Vigneron du Val de Loire
L'information viticole pour les professionnels

Un groupe chinois reprend deux châteaux angevins


Rédigé le Jeudi 28 Septembre 2017


Le Château de Beauregard compte 25 ha au Puy Notre Dame. (DR)
Le Château de Beauregard compte 25 ha au Puy Notre Dame. (DR)
Dans le Bordelais, ça devient une habitude. En Bourgogne, ça commence à bouger. Mais en Anjou, c’est une vraie première. Un investisseur chinois vient de signer l’acquisition de deux châteaux viticoles : le château de Noyers à Martigné-Briand et le château de Beauregard au Puy-Notre Dame. Pour un total de 20 ha de vignes pour le premier et 25 pour le second. Sachant qu’au Château des Noyers, 35 ha de terres et prairies resteront exploitées par un agriculteur local.
L’investisseur, Yue Xu, originaire de Hong-Kong, avait déjà un pied dans le monde du vin, puisqu’il dispose d’une société de distribution de vins et spiritueux en Chine, mais c’est surtout l’industrie qui lui a fait poser des valises en Maine-et-Loire. Il a repris à Miré (dans le nord du département) début 2017, une entreprise sous-traitante de Valéo. Outre son attrait pour le monde du vin, il cherchait également un pied à terre en Anjou pour accueillir des collaborateurs.
Montant de l’opération : quelque 4 M€ pour les deux propriétés. “On a lancé un appel à candidature, mais on a reçu aucune offre”, précise Rémy Silve, le directeur de la Safer Maine Océan, qui a traité la transaction. “La difficulté, c’était le prix du bâti”. Impossible donc d’espérer installer de jeunes vignerons sur de telles structures…
Au sein des deux propriétés, réunies dans la SAS Atelier des vins de France, les équipes devraient être maintenues. Seul changement notable : les productions (AOC Anjou et Coteaux du Layon pour l’un, AOC Saumur et Crémant de Loire pour l’autre) devraient être destinées désormais au marché chinois. 




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 7 Décembre 2017 - 16:53 Anjou-Brissac ? Une vieille histoire

Lundi 23 Octobre 2017 - 12:26 120 ans au cœur des mutations agricoles