Menu
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Le Vigneron du Val de Loire
L'information viticole pour les professionnels

120 ans au cœur des mutations agricoles


Rédigé le Lundi 23 Octobre 2017


L'Esa accueille cette année quelque 2 800 élèves. (Photo Esa)
L'Esa accueille cette année quelque 2 800 élèves. (Photo Esa)
Une année universitaire riche s’annonce à l’Esa. Déjà, l’Ecole supérieure d’agricultures d’Angers a entamé sa rentrée avec des effectifs en hausse de 5 %, soit quelque 2 800 apprenants, dont plus de 900 en cursus ingénieurs, près de 600 en BTS, et 700 en enseignement à distance. “Ces formations à distance font partie de l’histoire de l’école”, souligne René Siret, le nouveau directeur général de l’établissement. L’enseignant-chercheur en viti et œnologie s’est félicité, au cours d’une conférence de presse de rentrée, organisée le 10 octobre, du dynamisme de l’école, qui a ouvert cinq nouvelles formations cette année, et qui proposera à la rentrée 2018-2019, un cursus post-master (bac + 6), baptisé AgTech. Cette nouvelle proposition, au carrefour de l’agriculture et du numérique a été conçue par l’Esa et l’Eseo (Ecole supérieure d’électronique de l’ouest). Elle permettra, soit à des ingénieurs agri ou agro de maitriser les techniques numériques, soit à des ingénieurs électroniques de s’approprier les techniques agricoles ou agro-alimentaires.
Une thématique – agricole et numérique – qui est depuis trois ans à l’Esa au cœur des Rendez-vous de l’agriculture connectée  ; une journée de conférences, ateliers, présentations de start-up, qui se déroule cette année le 26 octobre. En même temps que le World electronics forum organisé pour la première fois à Angers.
Enfin, 2018 sera synonyme d’anniversaire pour l’établissement angevin qui fêtera ses 120 ans. “Plus de 70 projets seront mis en œuvre toute l’année, tournés vers les institutions, les partenaires, les entreprises, les diplômés, les étudiants…, ainsi qu’une présence au Salon de l’agriculture”, indique René Siret. “L’occasion de promouvoir l’agriculture durable et connectée qui valorise les territoires et se développe aussi dans la ville”. A noter que l’école rénove actuellement son bâtiment historique qui accueillera une Maison des étudiants et un Centre de ressources en langues.
 
Patrick Touchais 




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 7 Décembre 2017 - 16:53 Anjou-Brissac ? Une vieille histoire

Jeudi 28 Septembre 2017 - 09:12 Un groupe chinois reprend deux châteaux angevins