Menu
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Le Vigneron du Val de Loire
L'information viticole pour les professionnels

Weenat, une solution météo made in Nantes


Rédigé le Vendredi 8 Février 2019


Jean-Pierre Florance teste depuis un an le capteur météo de Weenat.
Jean-Pierre Florance teste depuis un an le capteur météo de Weenat.

Pendant les trois jours du SIVAL, du 15 au 17 janvier à Angers, le stand de Weenat n'a pas désempli. Récompensé d'un SIVAL de bronze pour sa solution gel dans la catégorie « Services et Logiciels », la jeune entreprise nantaise a pu mesurer l'impact d'une telle distinction, d'autant plus à une période où les vignerons cherchent à se prémunir de possibles gelées printanières. « Nous développons des capteurs météo depuis 4 ans pour les grandes cultures mais également pour la viticulture et l'arboriculture. Ils indiquent la température, l'hygrométrie, la vitesse du vent et enregistrent le cumul de pluie », indique Laurent Leleu, directeur général de Weenat. « Au printemps dernier, nous avons développé une solution gel qui enregistre les températures sèches et humides. Grâce à des prévisions météo affinées à la parcelle, elle alerte en avance des prochains épisodes de gel. »
Au Landreau, Jean-Pierre et Eric Florance ont pu tester Weenat pendant un an. Touchés comme beaucoup par le gel en 2016 et 2017, ils ont installé deux capteurs météo sur leurs parcelles, l'un dans le bas, l'autre dans le haut de la commune. « Ils nous ont surtout aidés dans la prise de décision dans le cadre d'une viticulture raisonnée. Cela ne remplace pas bien sûr l'observation humaine mais permet de gagner un peu de temps quand les parcelles sont éloignées les unes des autres », explique Jean-Pierre Florance. Les prévisions météos sont en effet fournies par les mesures enregistrées par le capteur, combinées aux prévisions de Weather News, fournisseur international. Des capteurs peuvent également être installés sur le fil porteur, au niveau de la baguette fruitière, ainsi qu'au sol afin d'affiner toutes ces données. Celles-ci sont consultables en temps réel sur un ordinateur ou l'application pour smartphone. Pour Jean-Pierre Florence, cette solution est « très simple d'utilisation », même s'il reconnaît n'avoir pas forcément besoin de l'alerte gel. « Elle doit nécessairement être couplée à du matériel de lutte comme des éoliennes. Nous, nous avons fait le choix de laisser les vignes gélives pour en reprendre d'autres, dans un secteur qui ne l'était pas. » Commercialisé depuis le mois de janvier, le capteur gel de Weenat est vendu 390 €, et le capteur météo, 498 €.


A.L.G





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Septembre 2019 - 13:56 Muscadétours : les vignerons toujours plus actifs