Menu
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Le Vigneron du Val de Loire
L'information viticole pour les professionnels

Au Pallet, la viticulture perd du terrain


Rédigé le Lundi 10 Décembre 2018


La commune du Pallet ne compte plus que 14 exploitations viticoles.
La commune du Pallet ne compte plus que 14 exploitations viticoles.
C’est un constat partagé par de nombreuses communes du vignoble de Nantes : l’agriculture et particulièrement la viticulture sont en retrait depuis plusieurs années. La faute aux arrêts d’activités liés en grande partie aux départs en retraite, au délaissement de certaines parcelles mais aussi à l’utilisation du foncier agricole pour d’autres usages. Au Pallet, cet état des lieux vient d’être réalisé avec précision par Jean-Philippe Arnaud, conseiller en développement territorial à la Chambre d’agriculture. « La révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU) était le moment idéal pour réaliser cet inventaire mais aussi aller plus loin et se projeter à 10, 15 ans », explique Xavier Rineau, premier adjoint à la mairie du Pallet.
Réalisée à partir des données Agreste et d’entretiens individuels avec les agriculteurs, cette étude révèle que les surfaces exploitées par les entreprises du Pallet ont diminué de 41 % en 30 ans, passant de 629 à 376,6 hectares. Le nombre d’exploitations a lui considérablement chuté. Elles étaient 76 en 1998 et ne sont plus que 16 aujourd’hui dont 14 en viticulture. Quant à l’âge moyen des viticulteurs, il est passé de 45 ans en 2000 à 53 ans en 2018. De fait, 10 entreprises seront concernées par le départ d’au moins un associé dans les 10 ans, dont 3 dans les 5 ans. Pour Laurent Bouchaud, vigneron au Pallet, « cette étude va permettre de faire un vrai travail notamment sur les friches*. L’idée est de relocaliser certains vignerons dans des secteurs moins gélifs, centrés sur l’appellation Le Pallet, afin de limiter la déprise mais aussi faire en sorte que leurs exploitations soient viables et transmissibles ».
Sur la base de cette enquête, la Chambre d’agriculture a transmis à la commune une liste de préconisations, certaines à mettre en œuvre dans le cadre d’un accompagnement spécifique, d’autres dans le cadre du PLU. « Le travail de révision vient juste de commencer. On va continuer à travailler ensemble, mettre en parallèle les projets des viticulteurs et ceux de la commune », assure Xavier Rineau. « Nous n’avons actuellement plus de surfaces disponibles pour accueillir des entreprises artisanales mais il faut que chacun y trouve son compte. Il y a un véritable enjeu de préservation de la viticulture. »

A.L.G
 
* Les friches représentent 14 % des surfaces potentiellement cultivables dans la commune.




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 6 Juin 2019 - 12:15 Le muscadet se met en selle

Mercredi 20 Mars 2019 - 14:41 Quand le vin se marie à la bière