Menu
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Le Vigneron du Val de Loire
L'information viticole pour les professionnels

Coutures : un groupe japonais reprend la Martinière


Rédigé le Vendredi 15 Juin 2018


Dirigeants et salariés du groupe japonais dans les vignes de Coutures
Dirigeants et salariés du groupe japonais dans les vignes de Coutures
L’Anjou-Saumur serait-il en passe de gagner en notoriété à l’international ? Il y a quelques mois, ce sont des investisseurs chinois qui ont repris deux châteaux dans le vignoble. Et tout récemment, c’est un groupe japonais qui vient de prendre possession de la Martinière à Coutures. Un petit domaine de 11ha (dont 5 seulement sont plantés en vigne) exploités par Xavier Caillard.
La société nippone Nichifutsu Shoji (Société française de commerce) a investi 900 000 € dans la reprise qui comprend également un joli manoir du XVIIe siècle. L’entreprise a des liens avec la France depuis sa création par le grand père des dirigeants actuels – dont la grand-mère était Calédonienne – puisque son métier d’origine est l’importation de produits et matériels français au Japon dans les domaines de la boulangerie et de la pâtisserie. A ceci, se sont ensuite greffées d’autres activités commerciales, comme l’importation de vins naturels exclusivement, de Cointreau (déjà un pied en Anjou…)…
“La situation géographique, à 1h30 de Paris en TGV a joué”, précise Michel Tsutsui le directeur de la société, dont l’un des dirigeants connaissait le cédant. Et c’est la Safer qui a joué les intermédiaires et finalisé la vente. “La Safer était intervenue il y a 5 ans au rachat par Xavier Caillard. Il nous a donc contactés. On a accompagné le dossier et  fait en sorte que les choses se passent au mieux et au plus vite. On a notamment trouvé une équipe de tailleurs. En six mois, la transaction a abouti”, détaille Candice de Gramont, en charge du vignoble angevin à la Safer Pays de la Loire.
A la Martinière, les Japonais souhaitent poursuivre le développement en plantant quelques ha supplémentaires, notamment en chenin. Aujourd’hui, le domaine est majoritairement constitué de cabernet franc. “Nous voulons produire en agriculture biologique, des vins naturels”, indique l’un des dirigeants. “Il y a beaucoup d’importateurs de vins au Japon, on s’est placé sur le créneau des vins naturels pour se démarquer. On importera nos propres vins pour la moitié des volumes. Les autres seront commercialisés localement”. Aux commandes de l’exploitation, Kaya Tsutsui, le fils d’un des dirigeants, qui va se former à Montreuil-Bellay, et un salarié local, Adrien Vaillant (fils de Jean-François), recruté tout récemment, et ravi du challenge qui s’ouvre.
 
P.T.
 




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 10 Mai 2022 - 11:12 La promotion de l’Anjou passe par M6