Menu
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Le Vigneron du Val de Loire
L'information viticole pour les professionnels

Vinifyed, l'application nantaise qui rapproche le marché US


Rédigé le Vendredi 24 Janvier 2020


Le business est compliqué en ce moment avec les Etats-Unis, et les taxes imposées par Donald Trump sur les vins français, soit depuis octobre, 25 % de surcoût pour tous les vins tranquilles titrant moins de 14, mais pour beaucoup, il faut continuer à travailler avec ce pays, plus gros consommateur au monde. Et fan de numérique. Les start-ups ne s'y trompent pas. 
Connecter les producteurs de vins français aux importateurs et aux consommateurs américains, c'est l'objectif de Vinifyed. Fondée en 2017, cette start-up nantaise est aussi une application lancée il y a un an qui permet à ses utilisateurs de trouver des vins selon leurs goûts et aux vignerons de partager des informations sur leur domaine, leurs produits ou encore leurs points de vente aux États-Unis. A l'origine de cet outil numérique, trois associés, issus de familles vigneronnes. Corentin Chon, 33 ans, en a eu l'idée en travaillant à New-York pour une grande maison sancerroise. « Aux États-Unis le digital est omniprésent, il n'y a pas de meilleur support pour communiquer sur son produit et donner une information juste. Mais la filière française a du retard en la matière. Le marketing digital est souvent délaissé, il est aussi coûteux. »
Sur Vinifyed, les vignerons peuvent créer leur profil et renseigner des fiches sur leurs produits. Ils ont le choix entre trois forfaits : l'un gratuit (discovery) pour un simple référencement, et deux payants avec plus de fonctionnalités et services. L'application compte 70 domaines clients et 5 000 utilisateurs, uniquement sur Iphone, la version Android étant prévue en 2020. Début décembre, Vinifyed a lancé une levée de fonds. Elle espère récolter 150 000 € pour poursuivre son développement et renforcer sa présence aux États-Unis, notamment sur la côte Est.

A.L.G

 





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Janvier 2020 - 11:15 Dans les vignes, le handicap passe au second plan