Menu
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Le Vigneron du Val de Loire
L'information viticole pour les professionnels

Le numérique au service de la vigne


Rédigé le Jeudi 12 Mai 2016

LA Vigne Numérique est une toute jeune association nantaise. Elle regroupe 11 start-up spécialisées dans l'innovation viti-vinicole. Rencontre avec Romain Collaire, l'un de ses fondateurs.


Comment a été créée LA vigne numérique ?
Nous sommes plusieurs start-up nantaises à travailler dans le monde de vin. Nous nous croisons régulièrement et nous avons un dénominateur commun. Nous proposons toutes une innovation à tous les niveaux de la vigne : de la production à la consommation en passant par la commercialisation. Nous travaillons également sur le même territoire, la Loire-Atlantique, d'où le 
« LA » en majuscule. L'association a donc été créée de manière informelle fin 2014 et a vu le jour officiellement en juin 2015.

Qui sont les membres de LA Vigne numérique ?
Aujourd’hui nous sommes 11. Le plus connu est 10-vins avec sa machine de dégustation de vin au verre. Il y a aussi Exocep, qui propose un module complémentaire des logiciels de gestion comptable, Vinomusic qui développe un concept d'accords vin et musique ou Vinicio, le réseau social pour les vignerons. Nous comptons également un vigneron, Philippe Vatan de Saumur. Il a créé une innovation pour la vinification. Nous souhaitons d'ailleurs que d'autres producteurs nous rejoignent, que les premiers intéressés participent au groupement.

Quels sont vos objectifs ?
Nous ne voulons pas être un annuaire d'entreprises mais avoir une identité propre à l'association. L'objectif est de créer de la valeur en étant une passerelle entre les différents acteurs : les start-up, les vignerons et les institutionnels. Pour l'instant nous travaillons chacun de notre côté mais nous envisageons d'avoir un lieu dédié où les vignerons pourront nous rencontrer.

Quels sont vos projets ? 
Nous allons lancer une grande enquête sur la pratique numérique des vignerons pour connaître leurs besoins mais aussi les freins à l'utilisation de certains outils. Elle se déroulera en deux étapes.  Avant l'été nous allons consulter les producteurs lors de 7 à 8 ateliers dans le vignoble. La seconde étape sera la restitution de l'enquête en fin d'année. Cela nous permettra d'identifier des pistes de travail. De là, naîtra peut-être un incubateur de projets innovants pour la vigne.

Adeline Le Gal