Menu
Suivez-nous
Facebook
Twitter
Le Vigneron du Val de Loire
L'information viticole pour les professionnels

De nouveaux migrants formés en viticulture


Rédigé le Vendredi 10 Janvier 2020


En mai dernier, un premier groupe de réfugiés avait achevé leur formation au LPA d’Amboise.
En mai dernier, un premier groupe de réfugiés avait achevé leur formation au LPA d’Amboise.
Huit hommes réfugiés en France et régularisés ont commencé une formation en viticulture le 1er octobre dernier, au LPA d’Amboise et chez des vignerons. « Ils viennent du Soudan, d’Afghanistan, d’Erythrée et ils souhaitent se former pour travailler dans les vignes. Ils vont suivre au total 22 semaines de cours au LPA d’Amboise et 9 semaines sur le terrain, en exploitation viticole », explique Jérôme Delpy, chargé de l’accompagnement du groupe à l’association Bio-Solidaire. Cette structure d’insertion rétribue ces stagiaires avec un financement de l’Etat. Cette formation est la deuxième mise en place par l’Etat, Bio-Solidaire, le LPA d’Amboise, en lien avec les FAV 37-72 et 41. D’octobre 2018 à mai 2020, neuf hommes originaires d’Afrique et d’Asie centrale avaient été formés, et « deux continuent aujourd’hui à travailler en viticulture », précise Jérôme Delpy.  
« Les stagiaires de ce deuxième groupe sont accueillis dans des domaines viticoles du Loir-et-Cher et d’Indre-et-Loire, autour d’Amboise. Parmi les vignerons volontaires, nous avons choisi les exploitations en fonction de leur accessibilité par les transports en commun, indique Jérôme Delpy. Les premières semaines d’accueil sur le terrain se sont bien passées, même si la barrière de la langue rend parfois difficile la transmission des consignes ».
Les dirigeants de l’association Bio-Solidaire ont par ailleurs créé une unité mobile de prestations en viticulture, maraîchage et horticulture, qui comprend quatre salariés recrutés pour ce service. « Nous proposons par exemple des prestations de tirage de bois, de travaux en vert, avec un tarif horaire comparable à ceux de groupements d’employeurs », précise Jérôme Delpy.
 




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 27 Novembre 2019 - 11:54 De nouvelles cuvées « Vendôme »

Mardi 22 Octobre 2019 - 21:21 Les vendanges, leur « deuxième chance »